Catégories

Discopathie L5 S1 : comment évaluer son taux d’invalidité ?

Discopathie L5 S1 : comment évaluer son taux d’invalidité ?

On l’appelle la discopathie : c’est une maladie ou condition dégénérative des disques intervertébraux. La discopathie L5-S1 cause des problèmes au disque qui se trouve entre le sacrum et la cinquième vertèbre lombaire. La maladie peut causer des douleurs très intenses ainsi que des difficultés de mobilité, et donc une incapacité professionnelle. Il est donc nécessaire de faire un test du taux d’invalidité si vous avez cette maladie afin de recevoir les soins nécessaires en cas d’incapacité professionnelle.

Comprendre et reconnaitre la discopathie L5-S1

Voici ce qu’il y a à savoir sur cette maladie dégénérative.

A lire également : Les obligations légales essentielles en matière de santé et sécurité au travail

Comprendre la discopathie dégénérative

La discopathie, qui se montre par la dégénérescence du disque provoque de grosses douleurs lombaires et des problèmes pour bouger. Un examen physique va être effectué si vous avez de telles douleurs et vous passerez notamment :

  • un IRM
  • un scanner
  • une radiographie

Comment reconnaitre une discopathie dégénérative ?

Les douleurs lombaires sont le principal symptôme de cette maladie dégénérative. Les patients peuvent être touchés par d’autres symptômes de la maladie, comme une sciatique ou une hernie discale. La hernie discale est très douloureuse. La douleur vient pendant ou après un effort principalement.

A voir aussi : Les règles à connaître sur la publicité et la communication

Cette maladie peut être causée par l’arthrose, le surpoids ou encore le vieillissement.

Comment évaluer son taux d’invalidité quand on a la maladie dégénérative de la discopathie ?

En effet, dans la discopathie L5 S1 et taux d’invalidité, ce dernier mesure le degré d’incapacité professionnelle ou de handicap d’une personne. Cette évaluation médicale prend en compte les capacités physiques, les symptômes, la mobilité ou encore l’occupation quotidienne de la personne.

L’examen médical et l’analyse des antécédents

Le médecin examine le dossier médical de la personne, mais l’examine également physiquement. À la suite de cela, le médecin est capable de mieux comprendre la gravité de la maladie de la discopathie et de voir l’impact que la discopathie a sur la personne.

L’évaluation des capacités fonctionnelles et physiques

Le médecin va réaliser des tests de mobilité de la colonne vertébrale, d’endurance ou encore de flexibilité. Cela va permettre de mesurer le degré de limitation et d’incapacité de la personne, qui pourra ensuite avoir un train de vie adapté.

Les lois qui régissent le taux d’invalidité

Différentes lois entrent en jeu dans la mesure du taux d’invalidité. On va ainsi retrouver les lois qui permettent de demander une mesure du taux d’invalidité, mais également celles qui donnent les critères d’incapacité pour être reconnu comme handicapé.

D’autres lois garantissent les droits des personnes à mobilité réduites : cela va de mesures de non-discrimination à des aménagements en lieu de travail.

Enfin, les lois définissent explicitement l’indemnisation et les services auxquels ont droit les personnes atteintes de discopathie, en fonction de leur taux d’invalidité. Les compensations peuvent aller du soin, à l’arrêt de travail, en passant par des services d’adaptation.

man holding his left shoulder

Vers qui se diriger si vous êtes atteint de discopathie dégénérative ?

Si vous avez la maladie de la discopathie générative, le médecin est là pour vous donner des conseils, ainsi que des traitements. Il existe également des programmes de réadaptation qui vous permettront de renforcer vos muscles du dos et de réduire les douleurs, mais aussi des adaptations du domicile en fonction de l’état de votre maladie.

Enfin, n’hésitez pas à aller vers des groupes de soutien de discopathie et à vous renseigner sur les ressources en ligne si vous en ressentez le besoin.

Articles similaires

Lire aussi x