Catégories

Les principales règles fiscales applicables aux entreprises

Les principales règles fiscales applicables aux entreprises

La fiscalité est l’élément vital du commerce. Il est essentiel de comprendre les principes fondamentaux qui régissent la fiscalité. Il faut s’attendre à des échéances différentes, et les options fiscales doivent être soigneusement étudiées.

Cet article explique les principales règles régissant la fiscalité des entreprises, notamment l’imposition des résultats et le fonctionnement de la TVA.

A lire également : Les obligations de l'employeur et des salariés en matière de conditions de travail

L’imposition des résultats : IS ou IR

Une société peut être soumise soit à l’impôt sur le revenu, soit à l’impôt sur les sociétés.

Si la loi attribue un régime fiscal (IR ou IS) à chaque forme de société, il est parfois possible – mais seulement sous certaines conditions – de choisir l’autre régime.

A voir aussi : Tout savoir sur un avocat immobilier

Le cadre fiscal auquel est soumise une société est essentiel. Il a un impact financier sur l’activité. En effet, les méthodologies de calcul du résultat imposable, les taux d’imposition et les modes de paiement diffèrent entre l’IR et l’IS.

Le système d’imposition des revenus

Il ne faut peut-être pas parler d’un système unique, mais de plusieurs systèmes et catégories d’imposition. Il existe diverses nuances dans l’imposition des bénéfices d’une société soumis à l’impôt sur le revenu.

La société soumise à l’impôt sur le revenu ne paie pas d’impôt en son nom propre. Les bénéfices sont imposés au nom de l’entrepreneur ou, s’il s’agit d’une société de personnes, au nom de chaque associé.

Les sociétés imposées sur le revenu :

L’impôt sur le revenu peut être imposé de plein droit ou par choix.

Les sociétés suivantes sont automatiquement soumises à l’impôt sur le revenu :

  • La micro-entreprise (régime de l’auto-entrepreneur).
  • L’EIRL.
  • L’entreprise individuelle classique.
  • L’EURL est une société unipersonnelle.
  • La société civile.
  • La SNC.

Dans certaines situations, certaines de ces entreprises peuvent choisir de payer l’impôt sur les sociétés. C’est le cas de l’EURL avec un seul associé personne physique et de l’EIRL.

Les micro-entreprises et les entreprises individuelles traditionnelles continuent à être imposées.

Certaines entreprises peuvent également choisir de payer l’impôt sur le revenu sous certaines conditions. Il existe deux régimes alternatifs :

  • Le régime de la SARL de famille est réservé aux projets familiaux.
  • Les SA, SARL, et SAS ont l’option de droit commun.

Le régime de l’impôt sur les sociétés

L’impôt sur les sociétés est le deuxième système d’imposition des bénéfices des entreprises.

La société soumise à l’impôt sur les sociétés paie l’impôt sur les bénéfices en son nom propre. Comme pour l’impôt sur le revenu, les associés ne sont pas imposés individuellement en fonction de leur part.

Sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés

Les sociétés suivantes sont soumises à l’impôt sur les sociétés :

  • La SAS.
  • La SARL.
  • LA SA.
  • La SCA.
  • L’EURL en collaboration avec une personne morale partenaire.
  • La SASU.

Certaines sociétés peuvent également choisir de payer l’impôt sur les sociétés. C’est le cas des EURL avec un seul associé personne physique, des EIRL et des sociétés civiles.

Les différents régimes de TVA

Sauf exonérations spécifiques, tout acteur économique exerçant une activité économique indépendante est susceptible d’être soumis à la TVA. C’est ce que l’on appelle un particulier assujetti.

En France, les contribuables ne sont pas soumis à un régime unique. La franchise en base de TVA, le régime réel classique, le régime mini-réel et le régime réel simplifié sont les quatre régimes de TVA. Leurs modalités d’application et de fonctionnement sont très différentes.

Sous certaines conditions, l’administration permet à la société de choisir son régime de TVA. Il est alors essentiel de comprendre les différences entre eux.

Articles similaires

Lire aussi x