Catégories

Qui sont les associés d’une entreprise ?

Qui sont les associés d’une entreprise ?

Il existe différents types d’entreprises, chacune étant soumise aux droits et obligations des partenaires membres. Selon la forme juridique de l’entreprise, les droits et obligations des partenaires varient. Le statut de l’association n’est pas cohérent et il existe un certain nombre d’attributs de base pour la qualité associée. Des conflits d’intérêts peuvent survenir en sachant qu’une entreprise est créée pour partager les avantages qui en découlent. Il est donc nécessaire de comprendre les différents droits et obligations fondamentaux assignés au partenaire. Dans cette section, vous apprendrez tout ce que vous devez savoir sur les droits et obligations des partenaires d’une entreprise.

L’ introduction d’un partenaire dans une entreprise

Selon l’article 1832 du Code civil, un partenaire est une personnalité physique ou morale qui est apte par contrat à des biens ou à leur industrie à une d’attribuer une entreprise afin de partager le bénéfice ou de tirer profit de l’économie qui en résulte. À cette fin, les partenaires s’engagent à contribuer aux pertes.

Lire également : Comment rédiger une modification de statuts ?

Par conséquent, au sens plus étroit, l’associé est une personne qui est membre d’une société de personnes et qui détient des droits corporatifs appelés actions. Dans le sens le plus large, c’est une personne morale qui a adhéré au contrat de l’entreprise et en échange d’une contribution (contributions en espèces, en nature ou en industrie) reçoit des droits sociaux ou des titres dont la valeur correspond à sa contribution.

Droits des partenaires communs à tous les types d’entreprises

En fait, indépendamment de la forme juridique ou du nom de l’entreprise, les associés ont des droits proportionnels au montant de leurs contributions, dont certains sont exercés conjointement par les employés lors des réunions.

A lire aussi : Les 4 raisons de faire appel à un avocat pour une succession

Le droit de

Informations Il s’agit d’un droit important au fonctionnement d’autres droits. Cela signifie que le Partenaire a le droit de recevoir et de demander des informations sur la conduite des activités de la Société, telles que le Registre du Tribunal de Commerce ou le rapport du Commissaire aux Contributions, auprès des administrateurs et des organes de décision de la société. En particulier, par le biais d’un rapport de gestion du Conseil de surveillance, par exemple pour obtenir les états financiers annuels de l’année précédente. Le droit à l’information est caractérisé par la nature et la taille de la société et la responsabilité limitée. Par exemple, si la société est cotée sur un marché réglementé, le droit à l’information a plusieurs facettes, puisque la transparence du marché est fondamentale et que l’investisseur se cache souvent derrière le partenaire.

Dans les petites entreprises commerciales, le droit à l’information se réfère à la possibilité d’accès aux documents ou certaines informations : les comptes annuels, les inventaires de l’exercice précédent, le rapport de gestion, le rapport de gestion soumis aux réunions, les procès-verbaux des réunions, une copie des statuts ou tout autre document détenu par le conseil de surveillance en cause. En outre, le droit à l’information comprend également le droit de connaître à l’avance les dates des assemblées générales et le droit de nommer des compétences en matière de gestion.

Le droit de vote

C’ est l’occasion pour le partenaire de prendre part aux décisions conjointes au cours de la vie sociale de la société, en particulier lors de la modification des statuts. Il s’agit de la nomination des dirigeants, de l’approbation des comptes, de l’augmentation de capital, du changement de dénomination sociale, du changement d’adresse de la société et de toute autre décision nécessitant une modification des statuts. Toutefois, le droit de vote diffère du droit de vote de participer aux décisions collectives.

En effet, depuis 1994, la Cour de cassation rappelle un article du Code civil — article 1844 — paragraphe 1 de la Cour de cassation, « Ce n’est pas nécessairement un vote ». La Cour de cassation a ensuite déclaré que chaque partenaire avait le droit de vote et que ce droit lui était immuable dans un cas non prévu par la loi. Ainsi, le droit de vote peut être aboli par la loi. En outre, elle est souvent abolie en cas de sanctions ou de conflits d’intérêts.

Le droit aux dividendes

Il s’agit du droit le plus irréductible en ce sens qu’il s’agit d’un droit acquis en échange d’une participation au capital de l’entreprise au moyen de contributions en espèces ou d’avantages en nature. À la fin d’un exercice financier, les partenaires peuvent décider d’allouer tout ou partie du bénéfice si le résultat est positif. Dans ce cas, le le partage des bénéfices doit être effectué conformément aux dispositions légales. En outre, les dividendes doivent être versés dans un délai maximal de neuf mois après la fin de l’exercice.

Cependant, le droit aux dividendes n’est pas systématique, car il est conditionné par la réalisation d’un profit. Par conséquent, le Partenaire ne peut pas demander d’indemnisation si aucun profit n’est réalisé ou si la cession n’est pas effectuée collectivement.

Le droit à la prime de liquidation

La prime de liquidation est l’excédent qui peut résulter de la liquidation de la société. En cas de prime de liquidation, les associés ont le droit de facturer une somme correspondant aux actions qu’ils détiennent dans la Société.

Droits économiques

Il s’agit du droit d’attribuer, de renverser, de donner, de vendre ou de louer des actions. Toutefois, il convient de garder à l’esprit que le transfert d’unités est soumis à la Approbation ou approbation.

Les droits de propriété accordent également aux partenaires des privilèges tels que l’interdiction de l’exclusion du partenaire, l’interdiction d’augmenter unilatéralement les obligations des partenaires et la liberté de rétractation pour chaque partenaire.

Les devoirs des partenaires d’une entreprise

Qui dit juste dit aussi l’engagement. Dans une entreprise, les partenaires ont divisé plusieurs obligations en deux catégories : les obligations monétaires et les obligations personnelles.

Les obligations monétaires

Les obligations monétaires comprennent trois prérogatives principales :

  • Obligation de verser une contribution ;
  • obligation de se conformer aux statuts (société assujettie à l’impôt sur les sociétés ou revenus, recrutement d’un contributeur, etc.)
  • ;

  • contribution aux pertes ;
  • participation au paiement de la dette ou au règlement des engagements sociaux.

Obligations personnelles

Les obligations personnelles sont plus intuitives, ceci est dû à la responsabilité limitée des partenaires. Considérons le cas du partenaire qui apporte une contribution industrielle, il doit effectuer le travail promis, car ils sont personnels. Ce type d’enregistrement ne peut pas être compensé par un autre. Dans le même temps, un associé contribuant à l’industrie n’a pas le droit de concurrencer l’entreprise dans laquelle il est associé. En outre, les partenaires doivent être en mesure de conclure le contrat d’entreprise avec un accord complet. En d’autres termes, ils adhèrent au Traité de manière intégrale et volontaire.

En fin de compte, il est important de comprendre que les partenaires d’une société doivent respecter le contrat de la société, y compris pour les sociétés anonymes ou pour une société individuelle. Et, surtout, respecter les conditions fiscales de la activités menées (société assujettie à l’impôt sur le revenu des sociétés, etc.).

Bon à savoir  : Selon la forme de l’entreprise choisie, les employés doivent avoir les qualités nécessaires. Par exemple, pour certains types d’entreprises, le partenaire doit avoir le titre de commerçant ou de titulaire d’un diplôme particulier.

Articles similaires

Lire aussi x