Catégories

C’est quoi la communication directe ?

C’est quoi la communication directe ?

L’ homme est un être qui, par nature, ressent le besoin de communiquer. L’homme est donc un être social. Depuis l’aube des temps, divers codes naturels (réflexes) ont été mis en place dans le but de formuler les messages que nous voulons transmettre : gestes, signes, signaux de fumée, alphabets, documents écrits, codes, gestes, charabia, cris, etc. vivent en groupe et ont donc eu un besoin naturel de communiquer pour vivre ensemble.

A découvrir également : Quelles sont les étapes de la démarche mercatique ?

Ainsi, l’Homme a toujours cherché à développer ses moyens de communication grâce aux nouvelles technologies, mais aussi et surtout grâce à l’école et à la transmission des connaissances et techniques de base, culturelles (langues) et ancestrales (signe de la main, sourire, salut japonais) de communication. La création en 1450 de l’imprimeur par Gutenberg, la Poste en 1576 avec les messagers royaux, télégraphe en 1792, du Morse en 1837, du téléphone en 1876, de l’informatique à des années 1950 à celle de l’Internet dans les années 70, témoigne des moyens utilisés par les hommes pour améliorer la transmission de l’information.

Marshall McLuhan (canadien), sociologue et philosophe des médias dans les années 1950, a fondé une approche théorique des médias fondée sur les progrès technologiques. En effet, il croit que les médias sont la continuité du sens du message. Ainsi, il considère trois grandes époques reflétant l’histoire des sociétés humaines :

A lire aussi : Pourquoi communiquer avec ses clients ?

  1. L’ ère du village tribal : alors il n’y a pas d’intermédiaire technologique entre les gens. Les échanges se déroulent donc exclusivement de manière interpersonnelle directe. Les cinq sens jouent alors un rôle clé dans les relations.
  2. L’ ère Gutenberg : l’apparition de l’impression et la diffusion de l’écriture a pour conséquence de générer l’individualisme des hommes qui ont ensuite la capacité d’apprendre seuls sans contact physique avec un autre personne.
  3. L’ ère Marconi : la naissance de l’électricité, de la télévision, de la radio puis de l’Internet a une notion de resocialisation des individus, contrairement à l’époque précédente. Plus l’individu communique, plus il devient sociable. En effet, la simultanéité de la diffusion de l’information partout et tout le temps dans le monde, rendue possible grâce à ces outils technologiques (NTIC), rassemble les gens et les gens.

McLuhan est devenu célèbre grâce à l’idée principale de tous ses livres, selon laquelle « Le message est le médium ». À savoir, ce n’est pas le contenu du message qui aura un impact sur la société, mais plutôt le canal par lequel il est transmis.

La base des relations sociales, c’est-à-dire la communication, est donc l’action de transmettre des informations à une autre personne par quelque moyen que ce soit.

Processus de communication théorique

Nous pouvons représenter le processus de communication grâce au modèle de Shannon et Weaver, publié dans les années 1940 :

L’ émetteur, qui peut être un individu, un groupe de personnes, un animal ou une machine, transmet un message au récepteur. Le message transmis par n’importe quel canal peut être perturbé par le bruit de l’environnement, ce qui conditionne la bonne réception du message.

Cependant, ce modèle n’est pas parfait parce qu’il ne tient pas compte de certains éléments, tels que la nature des canaux de distribution (l’impact d’une information est différent si elle est transmise via un spot TV ou une publication dans la presse, par exemple) et le type de relation entre le et le récepteur qui conditionnera la qualité de la transmission du message.

WIENER (théoricien américain) critiquera donc cette théorie en 1948 parce qu’elle n’inclut pas la notion de rétroaction avec la boucle de rétroaction. Ces données de rétroaction ou de rétroaction sont essentielles dans la communication car elles impliquent le retour du message du destinataire, ce qui crée plutôt qu’une simple transmission d’informations. Selon WIENER, cela permet de « s’adapter aux imprévus de l’environnement et de vivre efficacement dans son environnement ».

Typologies de la communication dans les entreprises

B 2 B (Entreprise à Entreprise)

Ce type de communication, Business to Business, relie une entreprise avec un autre professionnel (autre société ou organisation). En fait, il est principalement basé sur la qualité des relations interpersonnelles entre les interlocuteurs. Cela inclut les relations avec la presse et les relations publiques.

B 2 C (Entreprise à Consommateur)

Communication d’affaires au consommateur s’adresse aux consommateurs, de la part de l’entreprise en tant qu’annonceur. Les entreprises mènent des actions de communication visant à se faire connaître et à vendre leurs produits. Ce type de communication est le plus médiatisé (parce que les relations interprofessionnelles sont souvent confidentielles). Il s’agit d’une communication qui sera ciblée et qui peut apparaître dans le presse sous la forme d’un insert publicitaire par exemple.

Interne

La communication interne comprend l’ensemble des actions de communication menées par le département Ressources Humaines à l’intention des employés d’une entreprise. Les défis de cette communication sont de transmettre efficacement l’information, mais aussi de transmettre les valeurs de l’entreprise et d’encourager les employés à y adhérer.

La communication interne s’adresse donc aux employés et à la direction d’une organisation.

Corporate

La communication d’entreprise, ou communication institutionnelle, est une communication d’entreprise, au premier sens du terme. Il a donc un rôle particulièrement stratégique. Il donne des valeurs et une vision à l’entreprise, ce qui lui permet d’acquérir une légitimité sociale. Sur ce type de communication, on veut vendre l’adhésion à une entreprise (son image) et ne pas vendre ses produits.

Externe

La communication externe représente un ensemble d’informations qu’une organisation souhaite diffuser à tous acteurs qui n’appartiennent pas à l’organisation. Contrairement à la communication interne, qui cible les employés, la communication externe cherche à expliquer les politiques, procédures, dispositifs, actions mises en place par l’organisation aux yeux de tous et donc promouvoir les ventes par la publicité, générer des commandites, annoncer des événements, des sorties de produits ou de services et affiner l’image de marque que l’organisation souhaite transmettre. Parmi les exemples courants de communications externes, mentionnons : publipostage, documents financiers, communiqués de presse (ou documents de presse et médias), courriels, bulletins d’information, affiches, brochures, publicités et autres formes de marketing conçues pour attirer les clients, les partenaires et les fournisseurs afin d’obtenir des avantages commerciaux rentables. La communication externe est une partie importante d’un plan marketing et nécessite la mise en œuvre d’un plan de communication afin d’optimiser sa communication et d’atteindre l’objectif précédemment prévu.

C’ est ce type de communication que j’ai mis en place tout au long de mon stage en tant que relations presse se concentrent uniquement sur la communication externe.

Comment les configurer ?

Les entreprises travaillent chaque année à l’élaboration de plans de communication. Ces plans à court ou à long terme sont des documents qui établissent et font référence à toutes les actions de communication (internes ou externes) qu’une entreprise mettra en œuvre tout au long de sa vie. Ils peuvent être écrits chaque année ou plus si une entreprise est en mesure d’anticiper ses actions à l’avance.

Un plan de communication est essentiel et doit être bien pensé, car non seulement il définit le public cible, mais se concentre également sur la manière de le réaliser efficacement en anticipant et en préparant soigneusement les actions à mettre en œuvre.

Stratégies et outils de communication

Stratégies de communication

Chaque entreprise adopte un certain comportement afin d’atteindre les objectifs de sa stratégie, et ainsi positionner sa communication au plus près possible des attentes de ses différents cibles.

La stratégie de

coopération Cette stratégie permet à chaque partie de parvenir à un accord et de parvenir à un accord, un consensus puisque chaque partie écoute les arguments de l’autre. Tout le monde s’écoute et est prêt à faire des concessions, c’est la stratégie gagnant-gagnant.

La stratégie de résistance

Ce type de stratégie rend la communication difficile parce que les parties sont à l’abri des échanges et qu’elles n’écoutent pas et n’entendent pas les opinions de l’autre partie. Avec cette stratégie, aucun dialogue n’est possible parce que les parties veulent chacune imposer leurs idées (ce type de stratégie se retrouve souvent en politique).

La stratégie d’évitement

Plus risquée encore que la stratégie de résistance, cette stratégie consiste à refuser le dialogue, à le contourner. Il n’y a donc pas de communication possible. Cette politique est également appelée « politique d’autruche », utilisée en particulier lorsque l’on ne souhaite pas être impliqué dans un conflit.

La stratégie d’influence

Ici, les parties tentent de s’influencer mutuellement en rassemblant leurs arguments et leurs croyances. Cette stratégie a le principal avantage de placer chaque partie dans l’empathie et d’écouter les arguments des autres. Même si finalement un acteur domine l’autre, il y a un débat.

Outils de communication

En dehors des médias

La communication hors média se caractérise par divers moyens, tels que le parrainage, la promotion des ventes, etc. Son objectif est d’avoir un impact rapide sur son objectif. La communication hors média est fortement utilisée par environ 65 % des entreprises « traditionnelles », car elle représente moins d’investissement que la communication médiatique.

Communication directe par mail/Newsletter

C’ est la forme la plus courante de communication hors média. Il s’agit de récupérer une base de données client, soit en interne, soit en les achetant auprès d’autres entreprises, puis en leur envoyant un courrier contenant leur publicité. Le publipostage est donc utilisé pour la masse communication.

Parrainage, parrainage

L’ objectif premier de ce type de communication est de rehausser l’image de l’entreprise en l’associant aux valeurs d’un sport, d’un événement spécifique, ou d’une personnalité, par exemple, en échange d’une aide souvent financière (exemple d’Adidas qui est sponsor de l’équipe française de rugby).

Publicité sur le lieu de vente (PDV)

La publicité sur le lieu de vente est certainement le mode de communication le plus ancien. Il a fait son apparition à partir de la naissance de la grande distribution. Il est utilisé pour informer le consommateur de la présence d’un produit ou d’une marque sur son lieu de vente directe (par exemple, Nike dans un magasin Decathlon).

Promotion des ventes

Cet outil est principalement utilisé par les entreprises de détail, qui offrent aux consommateurs et non-consommateurs coupons, promotions, afin de créer un élément qui peut déclencher un acte d’achat.

Événement

Pour gagner en visibilité, une entreprise peut créer ou participer à des événements. C’est un moyen de rencontrer les clients directement et de les retenir.

Médias

Les entreprises peuvent également choisir de communiquer via les médias. Le billet d’entrée est plus élevé, mais l’impact souvent plus important. Le terme « médias de masse » est même utilisé régulièrement pour décrire la portée de ce type de communication. Voici la liste des 6 médias existants :

Télévision

La télévision est le média préféré des entreprises du secteur de la consommation, ainsi que les médias préférés des Français. Les entreprises peuvent acheter de l’espace pour diffuser un film commercial qui dure quelques secondes. Le prix d’achat est très élevé (plus de 40 000€ pour un spot diffusé vendredi à 20h sur TF1), mais l’impact est réel lorsqu’il est répété.

Presse

Les annonceurs achètent des espaces, dont les tarifs varient en fonction de la couverture de l’émission du journal, de la taille de l’annonce, mais aussi du type d’article (couleur ou noir et blanc, photo ou non, plus ou moins grand emplacement, nombre de lignes, etc.).

Affichage

Ce média est principalement urbain, car son intérêt principal est d’être vu par les automobilistes et la foule de masse. En effet, les 2/3 des panneaux d’affichage sont disposés dans des villes de plus de 100 000 habitants. Le choix des affichages publicitaires se fait principalement en fonction de la zone géographique à cibler. (Arrêt de bus, 4×3).

Radio

Bien que la télévision reste le média préféré des Français, la radio est le média le plus sérieux. La radio est régulièrement utilisée pour fournir des informations supplémentaires fournies à la base par d’autres médias. Le premier avantage est la grande réactivité de la part des annonceurs puisque le message est créé rapidement et la diffusion se fait simplement.

Cinéma

Le cinéma reste marginal par rapport aux autres médias. C’est néanmoins celui pour lequel la mémorisation est la plus efficace (grand écran immergé dans l’obscurité). Il permet ciblant géographiquement la clientèle à atteindre, qui est le plus souvent une clientèle jeune et urbaine.

Internet

Aujourd’hui, Internet est considéré comme équivalent à d’autres grands médias. Son utilisation croissante en a fait un média central et les marques savent que cet outil est devenu un must. En termes de communication médiatique, les annonceurs utilisent Internet par la publicité. Ils achètent des espaces sur des sites Web, généralement appelés bannières, afin d’encourager les visiteurs à cliquer dessus, générant ainsi du trafic sur leur propre site. La publicité vidéo est désormais démocratisée.

Mais ce média va de plus en plus en proposant des bannières publicitaires dont les goûts seront les plus adaptés aux internautes, grâce au ciblage comportemental, aussi appelé « reciblage ». Ces techniques témoignent des nombreux développements qui restent à venir sur le web.

Communication numérique

Définition

Dans les années 1990, nous parlons de web 1.0, statique, pour lequel la transmission de l’information est rendu aussi simple que possible, l’interface n’était pas attrayante et le contenu était léger.

Ces techniques évoluent progressivement vers le web 2.0, social et dynamique, plaçant l’utilisateur au cœur du système avec des interfaces interactives. Ce terme est apparu dans les années 2003 avec Dale Dougherty, mais vraiment devenu effectif à partir de 2007, le temps pour un grand nombre de sites à mettre à jour et les connexions Internet étaient rapides et faciles. Le terme « 2.0 » désigne toutes les fonctionnalités du web permettant aux internautes d’échanger des informations par le biais de nouvelles interfaces et d’interagir en particulier à travers le web social. Les utilisateurs peuvent publier du contenu et échanger sans avoir besoin de connaissances techniques et informatiques.

La communication numérique, quant à elle, comprend toutes les actions de communication d’une entreprise réalisées par le biais de canaux numériques, tels que les réseaux sociaux, mobile, télévision interactive, sites web, e-mailing, etc. (81% des moins de 25 ans suivent maintenant l’actualité d’une marque sur les réseaux sociaux réseaux).

Nous pouvons donc parler de communication multimédia.

Nous pouvons introduire le terme marketing numérique, qui comprend tous les outils numériques interactifs pour promouvoir les produits et services dans le cadre de la relation personnalisée et directe avec les consommateurs. Il concerne tous les points de contact numériques : internet, smartphone, tablettes, objets connectés…

Nous parlons de marketing parce que la communication est l’un des moyens d’action utilisés par les organisations pour influencer le comportement des consommateurs.

Mobilité connectée

Le web, le net ou Internet est un outil qui est voué à être inséparable de l’Homme dans les années à venir. L’avenir ne se produira pas sans la magie de l’internet que certains spécialistes peuvent considérer comme un danger pour les générations futures. En 2014, près de 2,7 milliards de personnes étaient connectées à Internet, soit plus d’un tiers de la population mondiale. En France, 83% de la population est considérée comme un internaute (une connexion au cours des dernières 6 mois pour une personne de plus de 14 ans).

Il y a plus d’un milliard de recherches par jour via le moteur de recherche Google. En France, 35 millions de personnes sont connectées à Internet via leur mobile. Chaque « mobinaute » utilise environ huit applications par jour et passe en moyenne 58 minutes par jour sur Internet via son smartphone contre 4h07 sur un ordinateur. En France, 85% des internautes ont un compte sur un réseau social.

Dans le domaine de la presse, le web a connu une hausse spectaculaire en quelques années. À mon avis, tous les quotidiens qui n’auront pas la capacité ou la lucidité de s’adapter assez rapidement à ces bouleversements du marché auront du mal à maintenir leur rang sur le marché, surtout si un grand nombre de lecteurs se tournent massivement vers le numérique.

En effet, le modèle économique de la majorité des journaux est toujours principalement basé sur les médias imprimés et non numériques. La technologie numérique est devenue un grand concurrent sur le marché de la publicité. De 2000 à 2015, c’est-à-dire en 15 ans, les revenus ont chuté de 42% sur ce créneau.

Qu’ est-ce qu’un blog ?

Un blog est un type de site Web ou même une partie d’un site Web utilisé pour la publication périodique et régulière d’articles. Il s’agit donc d’un site web composé de messages (articles) dans l’ordre chronologique similaire au format d’un quotidien. Blogs anglicism blogs ou cyber bloc-notes ou weblog incluent généralement des fonctionnalités telles que des commentaires et des liens pour augmenter l’interactivité avec les utilisateurs (processus qui a déployé sur la mise en place de murs sur les réseaux sociaux et les systèmes de commentaires et évaluation sur les médias conventionnels ayant un site Web). En tant que journal, ils rapportent les nouvelles autour de divers sujets. En 2008, la France comptait environ 9 millions de blogs dont 2,5 millions d’actifs. 35 millions de visiteurs uniques chaque mois visitaient des blogs français, soit 1,5 milliard de pages vues par mois. 2 marques sur 5 ont leur propre blog. Les blogueurs peuvent désormais s’amuser en mélangeant différents éléments multimédia (son, vidéos, app, images, etc…) pour animer leur publications ou articles et le rendre plus attrayant (impossible sur papier !).En 2014, ACTI a déclaré avoir estimé le nombre de blogs dans le monde à plus de 200 millions (plus de 31 millions de blogs aux États-Unis) et environ 3 millions de nouveaux blogs ont été créés chaque mois. Néanmoins, un grand nombre de blogs inactifs restent. Peu d’entre eux ont vécu depuis longtemps, et pour la majorité d’entre eux, ils ont été abandonnés par leurs auteurs.

Ils sont des influenceurs clés et de vrais médias

Pour la réalisation de mon dossier, nous parlerons de la presse numérique en général. Il peut s’agir soit d’un blog à part entière ou d’un média existant sous une autre forme qui a été numérisé et qui a maintenant mis en place des communications en ligne (le Monde, Figaro, la Montagne, etc…). Donc, ma mémoire ne se concentre pas seulement sur la presse numérique, mais surtout sur le travail avec ces nouveaux influenceurs, tels que les blogs, qui ont commencé leur ascension uniquement en ligne, et ne parient que sur le numérique à développer, qui était autrefois considéré comme un pari risqué.

Aujourd’hui, 20,6 millions de Français sont lecteurs de presse numérique, soit 40% de la population française (15 ans et plus (55 % des internautes)). Si des sites Web comme Facebook se sont imposés sur les plans de communication de toutes les entreprises, ils auraient tort de négliger les blogs, qui profitent également des réseaux sociaux pour amplifier leur portée et gagner de l’influence.

La preuve que l’influence des nouveaux médias est qu’ils viennent frapper de plus en plus à la porte des médias traditionnels. Il n’est pas rare aujourd’hui qu’un blogueur reconnu sur Internet se voit offrir un forum sur un média national ou régional : chaîne de télévision ou, radio, web-tv, presse-papiers ou lecteur pur.

Blogs, la presse numérique, qui vit grâce aux réseaux sociaux !

En 1954, John A. Barnes, anthropologue britannique, publie un article qui parcourait maintenant le monde, car étant généralement considéré comme l’un des premiers, sinon les premiers textes où la notion de « réseau social » a été évoqué. Voici son concept : « C’est une structure sociale composée de nœuds qui sont généralement des individus ou des organisations. Un réseau social représente les relations et les flux entre les individus, les groupes, les organisations, les animaux, les ordinateurs ou d’autres entités de traitement de l’information et des connaissances ». Cette notion est donc ancestrale parce que les réseaux sociaux ont persisté au fil du temps presque aussi longtemps que les sociétés existaient. Mais il est revenu au goût du jour et cette notion l’a fait reparler grâce à l’expansion de l’internet et à la création des premiers réseaux sociaux connectés. Les réseaux sociaux sont maintenant appelés communautés Internet interconnectées (parfois appelées réseaux personnels) qui aident les gens à prendre des contacts. Ils peuvent partager des images, des vidéos, des articles ou des informations diverses. Ces réseaux sociaux sont devenus de véritables vecteurs de transmission de l’information et permettent désormais à la presse numérique de retenir les clients et de les informer viralement. Les utilisateurs des réseaux sociaux peuvent s’abonner à médias, marques, personnages publics pour les suivre et obtenir des informations en temps réel directement sur leur page personnelle de leur réseau social favori.

Les réseaux sociaux sont utilisés par 1,8 milliard de personnes, soit 26 % de la population mondiale, il est donc essentiel pour une personne souhaitant travailler sa communication ou son image d’échapper à ces outils.

Les réseaux sociaux les plus connus et utilisés :

  • Plus d’un milliard d’utilisateurs actifs dans le monde.
  • 70% des entreprises ont une page Facebook, mais 52% des utilisateurs se désabonnent de ces pages parce que le contenu est inintéressant.
  • 135 millions d’utilisateurs actifs dans le monde.
  • 200 millions d’utilisateurs dans le monde.
  • ( Réseau social professionnel) : 170 millions d’utilisateurs dans plus de 20 pays, dont 4 millions en France.
  • ( Application de partage de photos) : 100 millions d’utilisateurs dans le monde entier.
  • ( plateforme de microblogging) : 170 millions de visiteurs par mois.
  • ( Site d’hébergement vidéo) : 1 trillion de vidéos vues par année.
  • ( Site mêlant réseau social et partage de photos) : 1 million de visiteurs en France.

Facebook, le réseau le plus démocratisé, a augmenté en trois ans, passant de 100 000 inscriptions à 1 million d’inscriptions par jour. En outre, les annonceurs ont la possibilité de cibler leur communication parce que Facebook par exemple, il est : 25% 16-24 ans, 29% 25-34 ans, 22% 35-44 ans, 15% des 45-54 ans et 9% de 55-64 ans.

Ces données reflètent la puissance des processus de communication sur les réseaux sociaux, mais aussi notre dépendance croissante à l’égard de ces nouveaux moyens de communication.

Depuis le 13 mai 2015, Facebook est devenu un animateur de presse tout comme Google News et diffusera des articles de presse directement dans son interface. Nommé « Articles instantanés », ce système présente des avantages et des inconvénients pour la presse. L’avantage que nous comprendrons est que ces éditeurs de presse se retrouveront au milieu des flux d’actualités Facebook et peuvent potentiellement être lus par 1.4 milliards de personnes chaque jour. La diffusion des articles devrait donc logiquement gonfler. L’inconvénient est qu’un plus grand nombre de visites peut aussi, paradoxalement, signifier moins de revenus, puisque jusqu’à présent lorsqu’un article a été publié sur Facebook par un éditeur de presse, l’utilisateur a cliqué sur le lien et a été redirigé vers le site officiel, ce qui a généré des recettes publicitaires pour les médias en question.

Les réseaux sociaux sont de véritables relais pour la diffusion de l’information. Ils permettent aux blogueurs et aux médias de partager des informations sur ces outils très influencés qui intéressent directement le public principal. Depuis l’émergence des réseaux sociaux, le blog s’est réinventé grâce au fait qu’ils sont constamment interconnectés.

Les réseaux sociaux seront l’outil qui permettra facilement et rapidement de créer le buzz autour d’un sujet. Ils réuniront des communautés d’influenceurs potentiels autour de notre entreprise ou de notre marque et augmenteront ainsi la visibilité et l’attractivité. A partir de maintenant, les influenceurs sont plus seulement des journalistes. Tout citoyen peut devenir un influenceur juste qu’il a rassemblé autour de lui un nombre suffisamment important de disciples. Certaines marques ont vite compris l’aubaine de ces nouveaux médias. Certains internautes sont même devenus des leaders d’opinion de marques bien connues, en particulier sur Facebook.

Forums

Autrefois, c’était une place romaine, sur laquelle les gens se rassemblaient et qui était le centre de la vie politique, économique et religieuse de la ville, mais surtout un lieu de débat pour tous les citoyens désireux de participer à la vie collective.

Maintenant, le forum est sur Internet que nous le trouvons. C’est un espace d’échange public virtuel. Il peut s’agir d’un site Web à part entière ou simplement d’un de ses composants comme sur les sites Web indiquant FAQ (Foire aux questions). Les membres de ces forums peuvent discuter et discuter de thèmes spécifiques afin de répondre à une ou plusieurs questions posées par les internautes mais aussi de discuter de sujets communs. (Exemple : Un utilisateur cherchant à savoir comment pour drainer leur voiture peut s’inscrire sur un forum avec des discussions sur l’automobile et poser des questions. Les membres capables de répondre lui donneront une réponse directe ou le redirigeront vers une page ci-jointe qui y répond déjà). Les forums sont devenus un lieu de rencontre incontournable et le nombre de participants impressionnent et trompent les compteurs.

Un forum sur le thème du monde du jeu vidéo est désormais plus influent que tous les blogs les plus actifs réunis : c’est Gaia Online. Il a plus de 12 589.038 inscrits et plus d’un milliard de messages.

Parmi les principaux acteurs de cet univers, nous trouvons également 2ch.net, le plus grand forum au Japon et potentiellement dans le monde, qui tourne autour de 2,7 millions de messages par jour.

C’ est-à-dire comment ces sites sont devenus des influenceurs inévitables du web et vont au-delà de la compréhension en secouant les chiffres sur les médias classiques qui ne peuvent pas rivaliser faire face à ces monstres grandissants.

Internet : un levier pour les entreprises ?

Avec la montée de l’Internet, nous remarquons que de plus en plus d’entreprises utilisent les médias sociaux pour se rapprocher de leurs clients, mais aussi pour rendre leur marque et leur image accessibles et interactifs. 54% des entreprises ont un compte sur un réseau social (pour la communication interne aussi) mais leurs comptes ne comptent pas que peu abonnés pour la plupart. Les applications pour smartphones, une chaîne YouTube et une page Facebook sont des outils utilisés par les entreprises pour renforcer leur présence web et donc leur référencement. De nouveaux emplois sont également émergents pour animer ces outils : ce sont des gestionnaires communautaires.

Quels sont les principaux objectifs pour les entreprises :

  • Améliorer la visibilité des entreprises

Sensibilisation et communauté autour d’une marque

  • Augmenter le nombre de pistes

Se rendre sur des marchés nouveaux et sans pénétrer

  • Fidélisation de la clientèle (marketing relationnel)

Le marketing relationnel est devenu un axe d’investissement majeur pour les entreprises qui savent maintenant qu’un client est un client qui revient et qu’un client retourné consommera plus qu’un nouveau client.

  • Optimiser le recrutement

Trouvez des employés motivés et disposez d’un large choix de possibilités de recrutement.

Néanmoins, les entreprises doivent changer la vision du web pour les consommateurs. Les professionnels doivent donc travailler à la mise en place et à l’amélioration de la viralité et de l’interactivité avec leurs clients afin qu’ils soient au centre des relations.

Stratégies adoptées sur le net

Opération

La référence, qui est une mise à jour sur les méthodes utilisées par les entreprises, a mis en évidence les pratiques de communication numérique qui existent dans les entreprises. En effet, certaines entreprises ont déjà adopté une stratégie de communication numérique, comme Air Liquide, qui propose de suivre en direct les progrès de son Assemblée Générale grâce à Tweetlive, ou BNP Paribas présent sur Pinterest (site de partage de photos grâce aux réseaux sociaux) et aussi sur Instagram. Sports des marques telles que Nike, Adidas ou Under Armour téléchargent régulièrement des images et des vidéos de sportifs professionnels utilisant les produits de la marque.

Les entreprises se différencient des autres en offrant des outils conçus pour retenir les cibles, se donnant ainsi l’image jeune d’une entreprise qui sait s’adapter aux nouvelles technologies.

Certaines pratiques sont devenues habituelles, telles que l’enregistrement sur le Web lors de la publication sur le chiffre d’affaires ou des conférences de presse. En outre, presque toutes les entreprises CAC 40 disposent d’un compte Twitter et d’une page Facebook, ce qui leur permet de mieux interagir avec les internautes qui peuvent réagir simultanément.

Mise en œuvre

La communication numérique peut être mise en œuvre indépendamment et parallèlement à sa stratégie de communication habituelle. Il est ainsi possible de créer un nouveau site web plus interactif, puis de créer des comptes Facebook, Twitter, puis de concevoir une application mobile.

L’ impact de la communication numérique

Bien que l’information soit maintenant disponible gratuitement et le besoin et la consommation d’informations n’ont jamais été aussi intenses, certains lecteurs sont fortement orientés vers le numérique. Il est vrai que la consommation d’informations via votre smartphone ou tablette a de nombreuses attractions, y compris l’accessibilité immédiate de l’information à tout moment et gratuitement. En adoptant des codes numériques, la presse écrite change profondément le comportement des lecteurs. En moyenne, 38 % des lecteurs de 71 grands titres de presse consomment des informations sur ordinateurs, tablettes ou smartphones en 2013.

En 2014, le public de la presse écrite a baissé (— 3,52 % entre janvier et octobre pour la presse quotidienne nationale en 2014 par rapport à 2013). Ce n’est donc pas à la fin d’un média que nous assistons, mais plutôt à sa métamorphose.

Communication ultra ciblée et interactive

Le principal atout de la communication numérique est son aspect ultra-focalisé et interactif avec la cible. En effet, grâce aux réseaux sociaux peuvent établir une relation d’échange entre l’entreprise et sa cible. Cela permet de la retenir en leur offrant des offres adaptées.

Temporalité de l’information, obsolescence

Le public, les lecteurs et les utilisateurs ont tous besoin d’accéder à l’information le plus rapidement possible et de manière synthétique afin de gagner du temps et d’être en avance sur ses concurrents. Nous devons avoir les informations souhaitées à portée de main. Cela est dû à notre mode de vie qui a considérablement évolué ces dernières années grâce au monde « tout connecté ».

Une étude américaine réalisée en 2012 par McKinsey révèle que l’accès à l’information se fait de plus en plus par les médias sociaux. Bien que les journaux papier soient toujours considérés comme qualitatifs, ils sont néanmoins inappropriés du point de vue pratique et de la rapidité d’obtention de l’information. En outre, 56% des Européens consultent les informations économiques et financières sous forme numérique.

Donc, nous pouvons dire que maintenant nous « consommons » l’information en réel le temps.

Facteurs clés de succès pour conférer le succès à une telle pratique

Une stratégie numérique doit encore être bien pensée avant d’être lancée. Bien qu’elle reste moins coûteuse qu’une stratégie de communication traditionnelle, il est nécessaire d’avoir les ressources nécessaires, tant financières que humaines, car elle exige du temps, de la connaissance de l’environnement et de l’argent.

Le premier risque d’échec d’une stratégie de communication numérique est qu’elle est trop déconnectée de la stratégie habituelle (surtout dans les grands groupes et les grandes institutions). Les internautes doivent être en mesure de se retrouver dans l’entreprise quel que soit le canal de transmission de l’information.

L’ utilisation du hashtag (#) est devenue une pratique courante et un facteur clé de succès sur Internet. Il s’agit d’un marqueur de métadonnées qui identifie une publication par un mot ou une expression (Ex : #JeSuisCharlie concernant l’événement tragique de Charlie Hebdo). Ce mot-clé indique qu’un message que vous publiez a un relation avec un article, un événement, un produit, une marque ou une entreprise. Ainsi, au fur et à mesure que ces publications sont identifiées, le Hashtag aide ceux qui s’intéressent à un certain sujet, à trouver rapidement du contenu sur le même sujet.

Les hashtags sont principalement utilisés sur les sites de médias sociaux. Ils ont grimpé grâce à leur renommée sur Twitter. Mais maintenant, ils sont couramment utilisés sur d’autres plateformes sociales, telles que Instagram, Facebook, Pinterest et Google .

Par exemple, lors des terribles attaques marathon de Boston au printemps 2013, plusieurs hashtags ont été utilisés. Ils se sont avérés précieux pour fournir et suivre les dernières nouvelles sur les attentats à la bombe. En fait, plusieurs rapports importants au cours des dernières années ont été amplifiés et ajoutés à des reportages de citoyens ainsi qu’à des vidéos et photographies amateurs.

Les hashtags dans de telles situations sont également un moyen pour le public d’exprimer ses sentiments. Lorsqu’un désastre survient, un hashtag est comme une ligne de sauvetage de l’information. Les utilisateurs s’y accrochent pour en savoir plus sur l’événement et appartenir à un communauté.

Le référencement est également un facteur clé de succès sur Internet. SEO vise à placer son site web sur les premières pages des résultats des moteurs de recherche. Un site Web placé sur la première page de Google a 93% de chances en plus d’être consulté uniquement si elle est de la deuxième page. Pourquoi le référencement est-il important dans le domaine des relations presse ?

Parce que les blogs ou forums établis depuis très longtemps sur le web sont mieux référencés sur certains sujets que les médias qui viennent de numériser. Ainsi, travailler avec des influenceurs bien référencés sur les moteurs de recherche améliorera encore la diffusion de l’information que nous voulons diffuser.

Complémentarité

La communication numérique peut compléter une stratégie de communication traditionnelle, c’est-à-dire par une relation de presse traditionnelle (canal historique de relations entre l’organisation et son réseau de journalistes). Il permet de traiter l’information de manière plus originale, attrayante et interactive.

Développements en relations avec la presse depuis plusieurs

années Depuis plusieurs années, avec l’avènement de l’Internet mais aussi avec la situation économique instable, la communication avec les médias a évolué. Les médias traditionnels sont de moins en moins lus et consommés. Les entreprises ont moins de budgets en communication avec les médias. L’arrivée des blogs et des réseaux sociaux a bouleversé le système et les médias ont dû s’adapter.

Possibilités de communication numérique

Le billet d’entrée est inférieur à celui d’un média plus traditionnel. Certains outils sont gratuits, comme une page Facebook ou un compte Twitter. Toutefois, les ressources humaines affectées à l’administration de ces outils doivent être prises en compte. L’aspect financier est donc un point fort à ne pas négliger.

La communication devient différenciée. Ce n’est plus l’entreprise qui émet des informations, mais l’entreprise et sa cible qui échangent, en temps réel, puisque l’utilisateur peut facilement réagir à un communiqué de presse.

Outre la simple facilitation du dialogue, la communication numérique permet une plus grande réactivité. En effet, cela peut être utile dans le contexte de la gestion de crise pour faire sortir rapidement un message et réduire ainsi la propagation de quiproquo inutile.

Avantages de la technologie numérique : ciblage ou reciblage

L’ Internet est un outil ingénieux, intelligent et subtil car il offre maintenant la possibilité de gérer sa communication à la perfection et ainsi optimiser son temps et son argent. En effet, les professionnels de l’Internet ont développé des logiciels et des algorithmes qui offrent aux entreprises la possibilité (avec des moyens financiers) de rediriger leurs publications, publicités et communications vers un objectif particulier que l’entreprise souhaite viser. C’est ce qu’on appelle le « reciblage » ou le reciblage. Cette méthode consiste à filtrer les internautes selon certains critères : leurs habitudes de navigation et leurs intérêts ainsi que leurs cliques. C’est-à-dire que ces logiciels filtrent l’activité des utilisateurs sur Internet selon leur comportement, leurs achats, leurs préférences, les mots-clés les plus recherchés, les sites les plus visités, le temps restant sur une page web, leur sport préféré, leurs emplois, etc… Tout cela afin d’adapter l’information aux internautes ciblés et intéressés par notre contenu.

La communication est multiple et suscite de nombreuses attentes. Certains d’entre nous le voient comme une opportunité économique, un vecteur de croissance et d’autres idéalisent son rôle dans la société.

Dans tous les cas, le partage de l’information est devenu une nécessité et le rôle de la communication est donc devenu crucial. Rappelons que le verbe communiquer vient du latin communicare qui signifie « à commun ». Les stratégies et outils de communication évoluent constamment. Tout cela pour toujours communiquer mieux mais surtout plus rapidement pour s’adapter aux attentes des nouvelles générations. Tout le monde veut avoir l’information au moment où cela arrive.

De cette constatation, le monde professionnel a suivi la technologie pour optimiser ses profits. Les entreprises tentent d’offrir des outils de communication de plus en plus innovants et interactifs avec leurs objectifs afin de diffuser leurs informations. Les entreprises capitalisent maintenant sur les systèmes d’information et investissent massivement pour maximiser ces processus. La technologie numérique a permis une amélioration notable de la transmission des données. Et c’est même devenu un enjeu majeur pour les gouvernements.

Dans le même temps, les relations avec la presse ont évolué. Les médias se sont diversifiés et adaptés aux nouvelles technologies. Les principales marques telles que RedBull deviennent leurs propres médias en imposant leur influence sur le marché. Les internautes se rendent directement sur le site de la marque pour être informé de leurs événements, activités, commandites, etc.

Cette étude nous a permis de comprendre et d’analyser les méthodes de travail du groupe Limagrain. Certaines lacunes ont été identifiées dans le domaine des relations avec la presse. Limagrain a maintenant compris que la technologie numérique est un facteur de succès pour l’avenir et a déjà mis en œuvre des actions au niveau numérique, mais aucune en termes de relations avec la presse, qui sont encore très traditionnelles. La mise en place de divers dispositifs de communication numérique est une priorité. Il est nécessaire de donner aux internautes la possibilité d’interagir et de poser des questions directement à Limagrain, en particulier via les blogs, les réseaux sociaux, etc.

Je propose en cela de faire évoluer la communication de Limagrain en développant le numérique dans le domaine des relations presse. L’objectif est que le Groupe Limagrain puisse toucher un public plus large et ainsi sensibiliser les jeunes à l’avenir du monde agricole, un enjeu majeur pour les générations futures. Un dicton indien pris par Antoine de Saint-Exupéry disait : « Nous n’héritons pas de la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants ».

Certains chiffres montrent que la France augmentera chaque année sa part d’utilisation numérique dans le secteur des médias et des loisirs de 15% contre 64% de croissance mondiale d’ici 2017. French entreprises être en mesure d’anticiper cette hausse de la puissance numérique ?

COUSSIN Adrien

Start It Up est une agence de médias sociaux, spécialisée dans les réseaux sociaux

Nous accompagnons les entreprises qui souhaitent lancer, développer ou exécuter sur ces canaux de communication. Nous fournissons une expertise dans les aspects stratégiques et opérationnels avec nos responsables de communauté, la gestion de campagnes publicitaires (publicités sociales), concours de jeux et ventes sociales (en utilisant LinkedIn pour développer votre entreprise). Pour nous, la réussite commerciale passe par la compréhension des usages, la communication, l’optimisation de l’expérience client, l’innovation et le marketing numérique. Travailler avec Start It Up signifie collaborer avec une agence 100% de médias sociaux et 100% DigitalNative !

Articles similaires

Lire aussi x

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!